Tag Archives: recherche appliquée

CNRC

La nouvelle vocation du CNRC

La nouvelle a frappé la communauté scientifique comme une bombe : le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) abandonnera la recherche fondamentale et mettra l’accent sur la recherche pratique. Pour le commun des mortels, qu’est-ce que ça veut dire? Et quel impact cette décision du gouvernement Harper aura-t-elle sur le crédit d’impôt pour la recherche scientifique?

Recherche fondamentale versus Recherche appliquée

Selon Wikipédia, « La recherche fondamentale regroupe des travaux de recherche scientifique n’ayant pas de finalité économique déterminée au moment des travaux ». La recherche appliquée, de son côté, regroupe des travaux ayant une finalité économique déterminée. Le gouvernement Harper veut que le CNRC laisse tomber la recherche fondamentale, donc la recherche sans but économique précis, au profit de la recherche appliquée qui, selon le gouvernement, sera plus profitable et plus rentable.

Impact sur le crédit d’impôt pour la recherche scientifique

La décision du gouvernement n’a pas encore d’impact sur le crédit d’impôt pour la recherche scientifique : il est encore possible pour les entreprises de le demander pour la recherche pure (fondamentale), soit pour les travaux sans aucune application pratique précise, pour la recherche appliquée et pour le développement expérimental.

Une décision controversée

La décision du gouvernement Harper est loin de faire l’unanimité dans la communauté scientifique. En effet, pour plusieurs chercheurs, la recherche fondamentale est, comme son nom le dit, fondamentale. La recherche appliquée découle bien souvent de cette recherche pure et sans but commercial précis. Plusieurs innovations, comme le laser ou la théorie du chaos, n’auraient pu voir le jour sans cette recherche pure. Le gouvernement se défend en rétorquant que ce sont les universités qui doivent faire ce type de recherches, et que le gouvernement canadien les subventionne bien assez pour que le Canada puisse rester compétitif dans le domaine.

Du côté de la science et du développement, le gouvernement conservateur fait triste figure : musèlement de la communauté scientifique, coupure dans les budgets… à cette date, le crédit d’impôt pour la recherche scientifique reste heureusement intouché. Mais qui sait ce que l’avenir nous réserve?

Que pensez-vous de la décision du gouvernement?

Image gracieuseté de nrc-cnrc.gc.ca

scientifiques

L’ABC de la recherche et développement

La recherche et développement (R & D) repose sur trois catégories : la recherche fondamentale, la recherche appliquée et le développement expérimental. Pour obtenir le crédit d’impôt pour la RS & DE, il est primordial de bien distinguer ces trois composantes lors de la rédaction de la demande.

La recherche fondamentale

Selon Wikipédia, « La recherche fondamentale consiste en des travaux expérimentaux ou théoriques entrepris principalement en vue d’acquérir de nouvelles connaissances sur les fondements des phénomènes et des faits observables, sans envisager une application ou une utilisation particulière. » En d’autres termes, contrairement au développement expérimental, elle cherche à acquérir des notions théoriques dans un domaine précis sans application concrète déterminée. Elle sert plutôt à élargir ses horizons et à mieux comprendre le domaine de recherche en général.

La recherche appliquée

Toujours selon l’encyclopédie libre, « La recherche appliquée consiste également en des travaux originaux entrepris en vue d’acquérir des connaissances nouvelles. Cependant, elle est surtout dirigée vers un but ou un objectif pratique déterminé. » C’est-à-dire que, contrairement à la recherche fondamentale, elle vise une application concrète. Chaque étape doit donc obligatoirement chercher à résoudre une problématique qui empêche d’atteindre l’objectif désiré.

Développement expérimental

Finalement, toujours et encore selon Wikipédia, « Le développement expérimental consiste en des travaux systématiques fondés sur des connaissances existantes obtenues par la recherche et/ou l’expérience pratique, en vue de lancer la fabrication de nouveaux matériaux, produits ou dispositifs, d’établir de nouveaux procédés, systèmes et services, ou d’améliorer considérablement ceux qui existent déjà. » Le développement expérimental, contrairement à la recherche scientifique, repose donc sur des notions et concepts existants ainsi que sur de la recherche déjà effectuée pour développer de nouvelles inventions ou de nouveaux procédés concrets.

Pour qu’un travail soit accepté par l’Agence du revenu du Canada (ARC) pour le crédit d’impôt, il faut que chaque étape soit justifiée. C’est pourquoi il est primordial de bien faire la différence entre ces trois concepts!

Quelle méthode utilisez-vous pour bien rédiger votre demande?